Mexique: Inquiétudes pour la sécurité des membres du Frente Nacional de Lucha por el Socialismo

, por  Comité Cerezo México , popularidad : 1%
[English] [Español] [français]

Le 16 novembre 2015, le Frente Nacional de Lucha por el Socialismo a lancé une seconde série d’activités à Mexico City, pour dénoncer la situation à laquelle doivent faire face les défenseur-ses des droits humains autochtones du Chiapas, dans le sud du Mexique.

Lors d’une campagne lancée la semaine précédente, les défenseurs des droits humains Matías Flores, Jesús Hernández Reyes et Rubicél Hernández García ont été victimes de tirs.

Le Frente Nacional de Lucha por el Socialismo, FNLS (Front national pour de lutte pour le socialisme) est un mouvement populaire qui œuvre pour dénoncer et condamner publiquement les violations des droits humains perpétrées par le gouvernement mexicain, en particulier les disparitions forcées, les exécutions extrajudiciaires, les détentions arbitraires et les détentions de prisonniers politiques.

Le 7 novembre 2015 à 7h20, les défenseurs des droits humains Matías Flores, Jesús Hernández Reyes et Rubicél Hernández García, ont été pris pour cible par les tirs d’un homme vêtu en civil et armé qui circulait dans un véhicule noir. L’agresseur a crié que les défenseurs ont "propagé des rumeurs" (“por andar de chismosos”). Rubicél Hernández a reçu une balle à la poitrine, Matías Flores a été touché au ventre et Jesús Hernández à la jambe.

Les trois défenseurs font partie de la commission du FNLS à Mexico pour dénoncer l’exécution extrajudiciaire de Hector Santiz Lopez le 29 septembre 2015, et pour mettre en lumière la situation à laquelle doivent faire face l’Organización Campesina Emiliano Zapata del Frente Nacional de Lucha por el Socialismo (OCEZ-FNLS) (organisation paysanne Emiliano Zapata du Front national pour le socialisme - OCEZ-FNLS) et l’Ejido El Carrizal, un territoire communautaire au Chiapas où sont basés plusieurs membres de l’organisation.

Depuis 2013, le leader communautaire M. Ramiro Sántiz López, de l’OCEZ-FNLS, El Carrizal, est menacé de mort par le groupe paramilitaire "Los Petules", également basé dans la région. Le 29 septembre 2015, le défenseur autochtone Héctor Sántiz López; le fils de Ramiro Sántiz López, a été abattu alors qu’il se rendait dans une autre communauté avec 150 autres membres de l’OCEZ-FNLS.

Trois jours avant, le 26 septembre 2015, Emilio Morales Díaz (le beau-fils de Ramiro Sántiz López) a reçu une balle au visage alors qu’il rentrait chez lui à midi. Ces deux incidents font suite à l’arrestation et à la torture du petit-fils de Ramiro le 17 janvier 2015. Depuis le 29 septembre 2015, "Los Petules" a installé un barrage près d’El Carrizal; le FNLS considère qu’il s’agit d’une tentative visant à identifier le défenseur des droits humains Ramiro Sántiz López et ses proches.

Les membres de l’OCEZ-FNLS ont tenté de porter plainte contre ces attaques. Cependant, le procureur n’a reçu aucun d’entre eux et, à une occasion, des défenseur-ses des droits humains ont vu les agresseurs au parquet. Depuis la mise en place du barrage, et en raison de l’absence de soutien de la part des autorités, les membres de l’OCEZ-FNLS ont de plus en plus de mal à obtenir justice.

Le 2 novembre, la commission du FNLS à Mexico a commencé à dénoncer la situation à El Carrizal. Après les trois tentatives de meurtre, la commission a décidé de relancer ses activités le 16 novembre 2015.

Front Line Defenders est profondément préoccupée par la sécurité des membres du FNLS, ainsi que de ceux qui les soutiennent à Mexico, comme le Comite Cerezo Mexico. Les meurtres et tentatives de meurtre de défenseur-ses des droits humains au Chiapas et à Mexico, les actes de violence permanents contre les leaders communautaires d’El Carrizal ainsi que l’apparente omission des autorités pour recevoir les plaintes et l’absence d’enquête, sont des faits également très inquiétants.

Ver en línea : Mexique: Inquiétudes pour la sécurité des membres du Frente Nacional de Lucha por el Socialismo

Navegar por las

AgendaTous les événements

Soutenir par un don